06 47 90 19 96 Nous contacter

Cas d'application - Ultimaker

Jefferson Health : tirer profit de l'impression 3D pour améliorer l'apprentissage des élèves

La fabrication additive au coeur de l’apprentissage 

L’Université Thomas Jefferson et Jefferson Health, une université et un système de santé situés à Philadelphie, sont à la pointe de la technologie des soins de santé.

Lorsque le Dr Robert Pugliese et le Dr Bon Ku ont entrepris d’intégrer l’impression 3D au Jefferson Health Design Lab, ils voulaient mieux préparer leurs étudiants aux défis auxquels ils seraient confrontés lorsqu’ils entreraient dans des environnements hospitaliers réels. Dans l’espoir d’aider les étudiants à développer leur créativité et leurs compétences dans la résolution de problèmes, l’équipe du Health Design Lab a étudié leurs intérêts pour les imprimantes 3D et sélectionné la marque Ultimaker.

L’impression 3D avec Ultimaker a ouvert les portes aux étudiants pour travailler en relation directe avec les cliniciens, offrant ainsi une plateforme d’éducation axée sur l’innovation. Au Health Design Lab, les étudiants ont l’occasion unique de participer aux cas de patients actuels en travaillant avec des radiologues pour produire des modèles anatomiques précis.

Le Health Design Lab se penche sur un large éventail d’applications médicales et éducatives, de la chirurgie ORL à l’obstétrique à haut risque, la cardiologie, la formation en échographie, la chirurgie orthopédique et la radiologie. Bien qu’ils aient d’abord utilisé l’Ultimaker 2+ Extended, l’équipe a rapidement identifié l’avantage d’avoir plusieurs têtes d’impression et de pouvoir profiter du filament hydrosoluble PVA.

Le laboratoire à par la suite investi dans une Ultimaker S3 puis une Ultimaker S5 lors de son lancement. Aujourd’hui, leur établissement abrite 14 imprimantes 3D Ultimaker, dont le modèle S5. Ce dernier augmente la vitesse et l’efficacité de leur équipe lorsqu’ils créent des modèles chirurgicaux pour améliorer les soins aux patients : « Nous pouvons prendre une image à partir d’un scanner de patient, la convertir en modèle imprimé en 3D en quelques minutes, puis l’avoir entre les mains en à peu près une journée », déclare le Dr Pugliese.

Grâce à l’accès aux modèles tangibles, les chirurgiens de Jefferson sont en mesure de mieux visualiser les défis qui les attendent et de mieux comprendre la planification préopératoire. Cette action s’avère particulièrement utile avant les procédures complexes et à haut risque, fournissant une compréhension plus claire de l’emplacement spatial des tissus et des os qui peuvent être difficiles à interpréter sur une acquisition 2D.

Découvrir la marque Ultimaker

X